Le 6 octobre dernier, Prêt d’Union a été convié à participer à l’Atelier de la Commission Fintech & Moyens de Paiement, occasion unique d’échanger sur l’innovation/disruption dans la finance digitale sur les secteurs du paiement, du crédit et de l’épargne.

Au cours de cet atelier organisé par l’ACSEL et en partenariat avec l’association France Fintech, plusieurs Fintech et acteurs traditionnels de la finance ont été invités à échanger sur leurs modèles et positionnements respectifs, au sein d’un secteur en pleine évolution numérique.

Les débats portés par des personnalités clefs des acteurs représentés (Advize, Yamani, MarieQuantier, SG Banque Privée, Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, Crédit.fr, Prêt d’Union, l’ORIAS, PME Finance) ont mis en avant la capacité des Fintech à repenser l’expérience client en s’appuyant sur la relation digitale. La disruption par rapport aux acteurs traditionnels se situe alors dans la rapidité, la simplification des processus et la réduction du prix des produits et services proposés.

Cela est notamment le cas dans le domaine du crédit aux particuliers, où Prêt d’Union, fort de sa position de leader français, continue de se développer et confirmer sa solidité en tant qu’acteur du crowdlending. Cet atelier fut l’occasion pour Frédéric Chaignon, Directeur des Ventes chez Prêt d’Union, de présenter les spécificités et le positionnement de Prêt d’Union sur le marché du crédit à la consommation.

acsel

Frédéric Chaignon a ainsi rappelé lors de son intervention que Prêt d’Union, c’est un double métier et un modèle solide. A la fois établissement de crédit, où le modèle se démarque par l’interface digitale et les processus simples, rapides et sélectifs. Mais également placement financier novateur, avec un actif sous-jacent (les crédits) statistiquement prévisible grâce à un système de scoring développé, dont l’investissement est porteur de sens par son rôle dans le financement de l’économie réelle.

 

acsel

A l’instar de Prêt d’Union, d’autres Fintech telle que Crédit.fr ont pu présenter et défendre leur modèle. Thomas de Bourayne, CEO de Crédit.fr, Fintech présente dans le secteur du financement des TPE/PME, a ainsi pu mettre en avant les mérites du modèle du crowdlending en termes de réduction des délais d’octroi des crédits et de simplification du processus.

Le secrétaire général de l’ORIAS, organisme chargé de la supervision des intermédiaires en financement participatif (Prêt d’Union dispose d’une certification supérieure, celle exigée pour les établissements de crédit et régulée par l’AMF), a conclu en précisant que si aujourd’hui on comptait une trentaine de plateformes actives dans le crowdlending, il n’est pas exclu que se produise une consolidation du secteur dans les mois à venir, laissant place aux acteurs bénéficiant d’une solide confiance de la part du marché.

 

Le mot de la fin :

acsel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *