Le 27 Janvier 2016, Prêt d’Union est invité à la commission des Finance au Sénat – pour une audition au sujet des nouvelles technologies du secteur financier.

Pourquoi on y était ?

Les pouvoir publics travaillent actuellement sur le sujet des fintechs pour comprendre les opportunités de ce secteur et trouver les solutions pour accompagner au mieux ces nouveaux acteurs de l’économie. Afin de les aider dans cette réflexion, ils ont fait appel à des acteurs déjà reconnus de ce secteur : avec 260 Millions d’euros de prêts financés en 4 ans, et un développement européen dès cette année, les sénateurs ont bien évidemment pensé à Prêt d’Union.

Qu’est-ce qu’on a dit ?
Frédéric Chaignon, directeur des ventes chez Prêt d’Union, est intervenu sur trois points :

fred

Notre agrément est un élément de confiance important : Prêt d’Union est agrée en tant qu’établissement de crédit depuis 2011. Cela veut dire que nous faisons face aux mêmes contraintes que les banques traditionnelles notamment en matière de contrôles des capitaux (anti-blanchiment – lutte contre le financement du terrorisme) ainsi qu’en matière de reporting sur l’activité. La confiance est un enjeu majeur de notre métier, et nos investisseurs qualifiés sont évidemment sensibles et rassurés par ces éléments qui garantissent notre sérieux. Le régulateur n’est pas un frein – il conserve son rôle de protection de l’intérêt général.

 

 

L’innovation – la mesure des opportunités : Dans le paysage des produits et services bancaires, l’épargnant a souvent bien du mal à diversifier ses positions entre les produits « garantis » aux taux bas, et les produits financiers rémunérateurs souvent complexes. Le produit d’investissement que nous proposons permet de répondre au besoin de diversification et de rendement au travers d’une nouvelle classe d’actif – le prêt aux ménages – jusqu’ici réservé aux banques. Nos prêteurs peuvent maintenant financer les emprunts des ménages français, et investir dans l’économie réelle.

Comment accompagner ces évolutions ? : Pour accompagner au mieux ces initiatives et permettre de remettre l’épargne des Français au cœur de l’économie, il y a dans un premier temps un travail pédagogique à réaliser auprès du grand public afin de réaffirmer le lien entre la rémunération de l’épargne et l’utilisation des Fonds.

elu

Les pouvoirs publics peuvent agir pour mieux orienter l’épargne des Français vers l’investissement dans l’économie réelle – notamment  en adoptant un cadre fiscal dédié ! Plus les épargnants nous feront confiance, plus nous pouvons aider les ménages français.

Le fait que les sénateurs aient pensé à Prêt d’Union montre que nous nous positionnons maintenant clairement comme un acteur incontournable du secteur.

Nous connaissons bien le marché, les enjeux, et nous garantissons la sécurité de nos prêteurs, et donc bien entendu celle de nos emprunteurs.

 

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette table ronde sur le site du sénat.

2 réflexions sur “ Prêt d’Union au Sénat ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *