Certains auront reconnu le titre d’un ouvrage de Nicolas Pécourt, Directeur de la communication et de la prospective d’une société financière spécialisée bien connue.

Mais c’est aussi la question que s’est posée l’équipe des fondateurs de Prêt d’Union, avant de se lancer dans l’ambitieux projet de créer le premier établissement de crédit communautaire agréé en France. Un monde sans crédit : est-ce possible ? est-ce souhaitable ? N’allions-nous pas à contre-courant des aspirations des consommateurs en créant une nouvelle société financière (bien que fondamentalement différente de tous ses concurrents) ? Au même moment, un ami m’avait d’ailleurs rappelé avec humour la citation du poète allemand Berthold Brecht (1898-1956) « Qu’est ce qui est le plus moral, créer une banque ou l’attaquer ? »…

La France est un pays où le crédit a une image extrêmement négative, et où la question posée par le titre de ce post est probablement le plus souvent posée. Comment en est-on arrivé là ? … alors même que le crédit à la consommation est assez peu développé en France (l’encours moyen par habitant y est inférieur à la moyenne de l’Union Européenne).

Certains invoquent le poids de l’histoire et de la culture de notre pays. De mon côté, c’est surtout la façon dont on a souvent considéré le client dans ce secteur d’activité, qui peut expliquer cette image si négative du crédit. Connaissez-vous d’autres secteurs où, en dépit de tous les enseignements du marketing :

-on propose au client un produit qu’il ne comprend pas ? Tout le monde s’accorde sur le fait que le taux (le fameux TAEG) est un des critères clefs permettant d’apprécier le coût du crédit. Mais quelle part des 9 millions de ménages français qui détiennent un crédit sait faire le lien entre ce taux et le montant des mensualités qu’il aura à payer ?… qui a pris le temps de l’expliquer au consommateur ?

-on met systématiquement en avant un prix auquel le client n’aura pas accès ? Les publicités alléchantes pour des crédits avec des taux entre 2% et 3% pullulent dans les transports, nos journaux, à la télévision. Mais savez-vous qu’une partie infime des emprunteurs y ont un jour accès ? car ces taux ne s’appliquent souvent qu’à des crédits de 10 000€ sur 12 mois. Peu d’entre nous sont capables de rembourser près de 1000€ par mois.

-on propose au client un autre produit que celui qu’il a demandé ? Trop souvent encore, le crédit revolving, plus rentable pour les établissements de crédits, est proposé alors que le consommateur est venu demander un crédit amortissable.

Pourtant, le crédit est nécessaire, il permet à des ménages de pouvoir accéder à des biens de consommation autrement qu’en prélevant sur leurs ressources propres. Il a aussi un rôle macroéconomique, permettant de lisser les fluctuations de la consommation, et donc de la conjoncture. 5% à 10% du PIB de la France est issu de dépenses financées par des crédits à la consommation.

Alors un monde sans crédit, non. Mais un monde pour un crédit (à nouveau) orienté vers le client, oui. Et c’est bien cela que Prêt d’Union entend apporter à ce secteur.

> Voir plus d’articles

5 réflexions sur “ Un monde sans crédit ? ”

  1. il serait souhaitable que les fondateurs et les membres de ce site publient leur nom / fonction/ et que le système de rémunération des sommes non investies en attente soit publié ( transparence maximale recommandée )

    1. Bonjour, vous pourrez trouver toutes ces informations sur le site de Prêt d’Union dans les FAQ ou la rubrique comment ça marche (par exemple l’équipe Prêt d’Union : http://www.pret-dunion.fr/qui-sommes-nous).
      Pour rappel, les sommes non investies restent sur votre compte client qui est ouvert dans les livres de Crédit Mutuel (notre actionnaire principal) mais ne sont pas rémunérées… Dans le futur, nous allons mettre en place, un système de rémunération de ces sommes non investies.

  2. je suis tres surprise de votre publicite et de vos partenaires la banque de france entre autre alors que sur son petit facicule la BDF autorise la possibilite que je fasse ce pret qui en plus pour m aider cote medical vous vous dite mieux que les banques(c est de la publicite mensongere ) qu elle est votre differance je serai tres heureuse que vous me repondiez et que ce message soit mis et reste sur votre blog je n est plus de dettes et je peus rembourser ce pret en plus mon currateur qui avec le juge des tutelles a donner son accord vous avez les memes facons de faire merci de me demontrer que vous avez une difference des banques michele dondi

  3. Je viens de faire une demande de financement et je souhaite la commenter: je suis locataire et souhaite vivre en camping car. Celui ci sera financé par: en partie la revente de mon véhicule 8500 euros, une partie de mes économies, l’absence de loyer et assurance habitation, soit un prêt réel de 230 euros par mois assurances incluses. D’autre part le véhicule visé de 2011 sera encore bien côté le cas échéant.
    J’ajoute enfin le grand nombre d’amis et ma famille en France et en Belgique seront des points d’attaches sans frais de vie annexes(eau, vidanges, elect, lavage…)
    Vous remerciant d’avance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *