Obsèques: quels sont les aides et finacements pour des obsèques

Le décès d’un proche est toujours une épreuve pénible. À la peine ressentie peuvent s’ajouter des soucis financiers. En effet, des obsèques, dont le prix moyen est de 3500 euros, ont un coût qu’il faut pouvoir assumer. Il existe cependant des aides spécifiques et diverses solutions pour le financement de ces funérailles.
 

Souscrire une assurance

La souscription d’une assurance obsèques est un excellent moyen de financer ses funérailles, en déchargeant ses proches de tout souci financier.

Il existe deux formules d’assurance : en premier lieu, le contrat obsèques en capital prévoit le versement au bénéficiaire d’une somme qui ne peut servir qu’au financement des obsèques.

L’assurance obsèques peut aussi prendre la forme d’un contrat en prestations, qui, en plus du financement des funérailles, prévoit également leur déroulement précis. Dans ce cas, l’assureur verse le capital fixé à l’opérateur funéraire choisi par l’assuré, qui doit mettre en œuvre les prestations prévues au contrat.

Lassurance-obsèques.fr a réalisé un classement des meilleures assurances obsèques, retrouvez-le ici. Aussi, des conseils sur le choix de la société de pompes funèbres sont disponibles sur le site de l’Association française d’information funéraire.
 

Le capital décès

Il existe un certain nombre d’aides pour faciliter le paiement des obsèques. C’est le cas du capital décès versé aux ayants droit du défunt, s’il était salarié, par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) dont il dépendait.

Certains bénéficiaires, à la charge de la personne décédée, sont prioritaires. Pour toucher cette aide, qui se monte actuellement à 3472 euros, ils doivent en faire la demande.

Un capital décès est également versé à ses proches au moment de la mort d’un fonctionnaire. Son montant peut varier selon l’âge du défunt.
 

L’aide de la CNAV

La Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) peut également, depuis 2013, intervenir dans le financement des obsèques. Mais il convient au préalable de faire l’avance des frais funéraires.

Dans un second temps, la CNAV rembourse, en partie ou en totalité, la personne qui a pris en charge le règlement des funérailles.

Pour prétendre à ce remboursement, elle doit fournir certains justificatifs, comme la facture des dépenses funéraires et l’acte de décès, délivré par les services de la commune où la personne est décédée. Soumis à un plafonnement, ce remboursement peut ne pas suffire à acquitter la totalité du prix des funérailles.
 

Le rôle de la CAF

La Caisse d’allocations familiales peut également vous apporter son aide. En effet, si l’un des deux parents décède, laissant l’autre seul avec au moins un enfant à charge, ce dernier peut percevoir, s’il en fait la demande, l’Allocation de soutien familial (ASF).

Cette aide, accordée sans conditions de ressources, est versée si l’enfant à charge vit bien au domicile du parent isolé et s’il a moins de 20 ans. S’il est salarié, ses ressources doivent être inférieures à un certain plafond.

Pour percevoir cette aide, l’allocataire doit résider en France.
 

Une somme prélevée sur le compte bancaire ou la succession

En dehors d’un éventuel compte joint, les comptes bancaires du défunt sont bloqués après son décès. Par dérogation à cette règle, il est cependant possible de prélever jusqu’à 5000 euros pour assurer le financement des obsèques.

Divers justificatifs, comme la facture des frais funéraires ou un document prouvant la qualité d’héritier du demandeur, doivent être fournis à la banque.

Les biens entrant dans la succession d’une personne sont également bloqués au moment de son décès. Mais, là encore, il est possible de prélever, sur la succession, une somme maximale de 1500 euros, dans le but exclusif de financer les obsèques.
 

Solliciter un prêt personnel

Pour faire face aux dépenses liées aux obsèques, vous pouvez également souscrire un prêt personnel. Ce crédit à la consommation peut être utilisé librement, sans avoir à fournir de justificatifs sur son emploi.

Il peut être sollicité assez tôt dans la vie, quand la personne est encore en activité et que ses capacités de remboursement sont suffisantes. Une fois remboursé, le prêt pourra servir, le moment venu, au financement des obsèques.

Avant de souscrire ce crédit obsèques, il ne faut pas hésiter à comparer les offres, en demandant des devis gratuits. L’utilisation d’un comparateur en ligne peut aussi se révéler utile.
 

L’intervention de la Mairie

Enfin, si vous ne parvenez pas à réunir la somme nécessaire au paiement des obsèques, la municipalité peut prendre en charge la totalité des frais funéraires.

Il faut cependant que la famille concernée n’ait pas les ressources suffisantes pour assumer le paiement des funérailles. Aucun texte ne permet de préciser ce qu’il faut entendre par là.

En l’absence d’une telle définition, il appartient à chaque maire de déterminer si les demandeurs peuvent être considérés comme des indigents. Pour se rendre compte s’ils sont réellement incapables de faire face aux dépenses funéraires, il doit, au cas par cas, s’appuyer sur des indices qu’il juge concluants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *