Chez Prêt d’Union, on est comme vous. On écoute la radio, on regarde la télévision, et ces derniers temps, on a beaucoup entendu parler de Bernard Tapie. Et sûrement comme vous, on ne comprenait pas grand-chose aux sommes astronomiques dont il était question. Alors on s’est penché sur la question, et voilà ce qu’on peut vous dire…

C’était quoi déjà l’Histoire ?

Dans les années 1992, le groupe Tapie vend Adidas, qui est au plus mal. Le groupe tapie ne dispose pas du capital nécessaire pour redresser Adidas et cède donc l’entreprise à deux filiales du groupes du crédit lyonnais, pour une somme correspondant à la valeur d’Adidas de l’époque.
Mais une dizaine d’année plus tard, Adidas a été correctement redressé et devient une société qui vaut très chère. Bernard Tapie s’estime donc avoir été floué sur la valeur d’Adidas au moment de la vente et réclame entre 516 millions et 1,174 milliards d’euros.

Et la justice, elle en dit quoi ?

Un premier procès lui donnera raison en 2005 mais il est cassé par la cour de cassation en 2006. En 2008, un tribunal arbitral privé lui octroie 405 millions d’euros, mais cette sentence est annulée en début d’année 2015 car elle est entachée d’un soupçon de fraude. Après un dernier recours, Bernard Tapie a été condamné le jeudi trois décembre à rembourser « la somme de 404 623 082,54 € » obtenus en 2008 pour mettre un terme à son litige avec le Crédit lyonnais sur la revente d’Adidas en 1994, a annoncé jeudi la cour d’appel de Paris.

Malin comme un Nanard !

Mais Bernard Tapie a plus d’un tour dans son sac ! L’homme d’affaire a engagé une procédure de « sauvegarde » de son patrimoine quelques jours avant sa condamnation. Il a affirmé au journal Le monde : « Ce n’est pas une manière de fuir ou d’organiser mon insolvabilité, « C’est même tout le contraire, puisque le tribunal sait tout de mes actifs. J’ai tout mis sur la table ». C’est vrai. Mais il a simplement oublié de préciser que cette procédure allait considérablement ralentir le travail des huissiers et pourrait retarder la saisie de… plusieurs années.

Chez Prêt d’Union, on parie que la saga n’est pas finie. Et maintenant que nous sommes tous à jour dans la série, il ne nous restera qu’à préparer le pop-corn pour suivre les prochains épisodes !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *