investissement épargne

L’inflation s’emballe, les marchés financiers baissent, la guerre en Ukraine s’enlise et une récession se profile à l’horizon … Pas simple de placer son épargne dans un contexte aussi incertain. Mais laisser dormir son argent sur un compte bancaire qui ne rapporte rien n’est pas la bonne solution non plus. Donc que faire ?

Il n’y a pas de recette magique, mais il y a de bonnes pratiques qui vous aideront à traverser la tempête sereinement, quelle que soit votre capacité d’épargne et la taille de votre patrimoine.

Ne pas paniquer

La première des choses à faire est surtout de… ne rien faire. Ou en tout cas, de ne rien faire sous l’effet de l’émotion et de la panique. Pour au moins deux raisons.

Premièrement, tant que vous ne vendez pas, vous ne crystallez pas vos pertes. Ce n’est sans doute pas très confortable de voir son portefeuille de placements perdre de la valeur, mais n’oubliez pas que cette perte n’est que théorique tant que vous ne vendez pas. Or, lorsque vous avez décidé d’investir dans tel ou tel placement, rappelez-vous que ce fut pour le long terme, c’est-à-dire pour plusieurs années au moins. Ce qui nous amène au second argument.

Lorsque vous avez décidé d’investir dans un placement donné, disons des actions d’Apple, vous l’aviez fait sur la base d’un raisonnement rationnel et précis. Par exemple, en ayant la conviction que la marque à la pomme bénéficiait d’une telle loyauté de sa gigantesque base de clients, qu’elle continuerait à leur vendre ses produits à des marges attractives pour les décennies à venir. Et qu’Apple délivrerait donc des bénéfices gigantesques à ses actionnaires. Posez-vous la question de savoir si votre raisonnement de l’époque tient toujours. Si oui, dites-vous que les marchés boursiers peuvent fortement être chahutés sur des durées courtes, mais que sur le très long terme, la tendance a toujours été à la hausse.

Distinguer entre épargne de précaution et investissements à long terme

Il est beaucoup plus facile de ne pas paniquer lors de fortes fluctuations de ses placements à long terme, quand on sait que l’on dispose d’une poche d’argent disponible immédiatement en cas de coup dur. Pour Cashbee, il s’agit d’un principe fondamental de saine gestion financière. Il est crucial de constituer une réserve, aussi appelée “épargne de précaution”, dont on peut disposer à tout instant, pour faire face à des dépenses importantes imprévues.

Il n’y a pas de formule absolue pour en déterminer le montant, mais il est généralement suggéré de mettre entre 3 et 6 mois de salaire de côté sous cette forme. Cette épargne de précaution doit, par définition, se retrouver sur un support sans risques, et accessible en permanence. Attention, cela ne veut pas dire qu’elle doit dormir. Le livret A ou un super livret bancaire peuvent faire travailler cette première catégorie d’épargne. Ainsi, le super livret de Cashbee vous permet de gagner 3% pendant 3 mois (dans la limite de 75 000 euros), suivi de 0,7% après, sans véritable limite de montant.

Une fois cette épargne de précaution constituée, vous pouvez dormir tranquille la nuit, et surtout, commencer à vous préoccuper de la façon optimale de placer votre épargne additionnelle, qu’on appellera votre épargne à long terme.

Diversifier (mais vraiment)

Selon le vieil adage, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans un même panier. Nous sommes d’accord à 100%, surtout quand on n’est pas un pro de la finance ! Mais nous allons plus loin. Selon Cashbee, il est fondamental de bien vérifier que les paniers qu’on choisit pour ses œufs soient véritablement distincts.

Prenons deux exemples, pour illustrer notre propos.

Un premier investisseur décide, après analyse et réflexion, d’acheter des actions de Google, Facebook, Apple, Amazon et Netflix. À priori, il a bien diversifié son portefeuille, car il possède désormais un (petit) bout d’un moteur de recherche, d’un réseau social, d’un fabricant d’ordinateurs et de smartphones et d’une société de streaming et de production de séries et de films. Sauf que l’ensemble de ces sociétés sont regroupées dans le secteur de la tech. Qui a longtemps fait le bonheur des investisseurs, mais dont les cours ont énormément souffert depuis le début de l’année. Ce premier exemple illustre l’importance de diversifier ses placements par secteur d’activité.

Un second investisseur pense pouvoir résoudre cette complexité en achetant toutes les actions cotées à la bourse de Shanghai. Par construction, il est maintenant exposé à tous les secteurs de l’économie, et a donc bien diversifié son portefeuille de ce point de vue. Malheureusement, lorsque le gouvernement chinois décide d’adopter une politique sanitaire “Zéro Covid” très stricte, l’économie chinoise dans sa totalité ralentit brutalement. La bourse s’effondre. Notre épargnant a ignoré le risque de concentration géographique et le risque politique. Par ailleurs, il a misé uniquement sur des investissements en actions et n’a donc pas diversifié par classe d’actifs.

Pour être efficace, la diversification doit donc se considérer sous plusieurs prismes : par classe d’actifs (actions, obligations, commodités, immobilier, or, crypto-devises ..), par industrie, par géographie,…

Ne pas chercher à “timer” le marché

OK compris. Mais maintenant que les marchés ont bien baissé, ne serait-ce pas le bon moment pour justement acheter des actions et des crypto-devises ?

Nous n’en savons rien. Et les experts non plus ! Vous pensez que s’ils savaient quand on touchera le plus bas, ils vous le diraient ? Donc essayer de rentrer au plus bas et de vendre au plus haut ne marche pas. Surtout quand on n’a pas ses yeux rivés sur les écrans de trading en permanence. Le meilleur moyen pour éviter d’investir au plus haut est tout simplement de moyenner vos achats et d’automatiser vos investissements dans le temps. Par des virements mensuels par exemple, que Cashbee vous permet de très facilement activer via son application d’épargne. Il y aura des moments où vous achèterez proche des plus hauts, mais ils seront statistiquement compensés par les points d’entrée plus favorables.

Autre avantage de cette méthode : vous n’avez plus à y penser. Votre effort d’épargne est devenu indolore. Et, on vous le promet, le résultat sera bluffant au bout de quelques décennies.

Se faire aider

Tout cela vous semble sympa sur papier mais très complexe à faire dans la vraie vie ? Vous n’avez pas le temps de profiter de vos weekends, et vous ne souhaitez pas les passer à lire des rapports annuels et des descriptifs de fonds, afin de vous permettre de bien diversifier vos placements ? Nous vous comprenons.

C’est d’ailleurs notre dernier conseil. Si vous ne vous sentez pas parfaitement à l’aise en finance, ou si vous souhaitez tout simplement gagner du temps, faites vous aider. Car il en va de votre futur (et, probablement, de celui de vos enfants).

Plusieurs façons d’y parvenir. Pour les plus fortuné(e)s, contactez votre banquière privée et voyez-là tous les trimestres, pour une revue de portefeuille. Pour les autres, il existe un nombre croissant de fintechs innovantes qui se donnent pour mission de vous aider à épargner mieux. Cashbee en fait partie, et propose, via une seule appli, une gamme facilement compréhensible et complète de solutions d’épargne, toutes accessibles directement via l’appli, en quelques minutes. Cela va d’un super livret, idéal pour l’épargne de précaution, à des placements en Private Equity, Commodités ou encore en Immobilier, toutes accessibles à partir de 1000 euros. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.