De l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur

Plus que quelques heures avant la fin du suspense et à 10h, tous les lycéens seront fixés. Une partie obtiendra le diplôme signant la fin de l’enseignement secondaire. Certains, convoqués à la session de rattrapage, devront rester mobilisés. Pour les autres, ils retenteront leur chance l’année prochaine avec une connaissance de l’examen et de sa préparation. Et quel que soit le cas de figure, les projets post-bac ont d’ores et déja été envisagés. En effet, 77% des bacheliers prolongent leurs études dans l’enseignement supérieur. C’est notamment à ce moment-là que la question du budget se pose.

L’importance du financement pour vos études

Pour assurer la suite des études dans le supérieur, il faut bien souvent engager quelques dépenses. Celles-ci varient selon la filière. Pour le parcours le moins onéreux – les 3 premières années d’université permettant l’obtention d’une Licence – il faut compter en moyenne 800 euros de frais d’inscription et de cotisation à pour la sécurité sociale. À cela s’ajoutent parfois des frais de nourriture et de logement étudiant lorsqu’il faut quitter le foyer familial.
Dès lors, pour vous permettre d’y voir plus clair, faisons le point sur les options de financement pour vos études.

Les principales bourses

– La bourse sur critères sociaux (BCS) concerne les étudiants de moins de 28 ans. En fonction de la situation des parents, ils peuvent bénéficier d’aides financières déterminées suivant 9 échelons (de l’exonération des frais à une moyenne annuelle de 5000 € d’aides). Pour cela, l’étudiant doit être présent aux cours et progresser normalement dans ses études.
– L’aide au mérite pour les détenteurs d’une mention « très bien » au bac.
– Les aides Erasmus et à la mobilité internationale pour les étudiants souhaitant étudier ou faire un stage à l’étranger.
A noter : pour les locataires d’un logement, l’allocation d’aide au logement (APL) peut être un complément aux aides proposés.

Les autres aides possibles

– Les conseils régionaux peuvent aussi attribuer des bourses selon la filière ou la mobilité.
– Les fondations privées proposent des bourses pour certains parcours et s’adressent à des profils divers.

L’obtention d’une rémunération

– Le statut d’étudiant-salarié permet d’allier vie étudiante et vie professionnelle avec des aménagements d’horaires pour chaque emploi du temps.
– Le statut d’étudiant-entrepreneur, pour les bacheliers de moins de 28 ans qui ont un projet de création d’entreprise de qualité, peut offrir une possibilité de rémunération.
– L’alternance, présente l’avantage de se former à un métier en rapport avec ses études, de réduire ses frais de scolarité (parfois totalement pris en charge par l’entreprise) et d’obtenir un salaire mensuel.
– Le service civique instauré pour valoriser l’intérêt général et réservé aux jeunes de 16 à 25 ans propose une indemnisation de 573 euros par mois pour 24 h de travail par semaine (sur 6 et 12 mois).

Les différents prêts étudiants

– Le prêt étudiant garanti par l’État est une possibilité qui ne nécessite ni caution, ni condition de ressources. Il peut aller jusqu’à 15 000 €.
– Le prêt auprès d’une banque ou d’un établissement financier.
– Et le prêt Younited : 100% en ligne, 0 papier, à des taux imbattables et avec une réponse définitive en 24 h !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *