C’est l’une des arnaques les plus utilisées du moment, et elle touche tout le monde : des particuliers aux commerçants ! Younited Credit vous donne les clés pour vous prémunir contre ce danger.

De quoi on parle ?

Pour commencer, rappelons ce qu’est une carte de crédit prépayée : il s’agit d’une carte de crédit que vous pouvez acheter chez votre buraliste, sans avoir à préciser votre identité. Elle est créditée d’un certain montant et vous pouvez payer ou retirer de l’argent chez tous les commerçants et les distributeurs partenaires ainsi que sur internet.

L’arnaque est dès lors très simple : les escrocs récupèrent la carte, ou les numéros permettant les paiements et récupèrent l’argent. Comme ces cartes sont anonymes, on ne peut pas suivre l’argent et les escrocs s’évaporent dans la nature.

1

Deux exemples de personnes escroquées !

Le particulier : Monsieur Cartis a déposé une annonce sur un site pour vendre un vêtement. Il a reçu directement une proposition lui proposant d’ouvrir un compte sur PayPal. Il a ouvert ce compte sur lequel l’argent a été crédité. Dans ce genre de situation, l’argent est bloqué jusqu’à la réception signée du colis. Celui-ci n’est jamais arrivé à destination, adresse inconnue à Gennevilliers. Entre-temps, Monsieur Cartis a reçu un autre message d’une personne se disant de PayPal, lui demandant d’activer son compte au niveau international. Pour ce faire, Monsieur Cartis devait déposer 150 euros sur son compte PayPal via une carte PCS. La suite de l’histoire est hélas assez simple. Comme il ne s’agissait pas du vrai site PayPal mais d’un faux bien imité, Monsieur Cartis a donc donné les numéros de sa carte prépayée à des escrocs qui se sont empressés d’empocher l’argent intégralement.

La buraliste : Tout est parti d’un coup de téléphone, aux heures de pointe : Marie, gérante d’un bar-tabac a reçu un appel d’un escroc qui s’est fait passer pour sa banque et l’a informé que son compte avait été piraté et qu’elle ne devait plus se servir de sa carte bancaire. Il lui a proposé d’acheter deux cartes de 400 euros et de les créditer sur son compte pour pouvoir continuer à assurer les dépenses courantes. Comme il y avait la queue, Marie n’a pas eu le temps de réfléchir et a fait confiance à sa banque : elle a donc saisi donc deux cartes de 400 euros et a donné les précieux numéros. En réalité son compte n’a jamais été piraté et elle n’a jamais revu les 800 euros.

En conclusion, restez extrêmement prudent si on vous impose ce genre de paiement. Cela doit rester très occasionnel et à votre initiative, et non à celle d’un quelconque interlocuteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *