Sénat : travailler peu … pour encaisser beaucoup !

deputer

Bienvenue dans l’un des systèmes légaux les plus scandaleux de notre République : le Sénat ! Entre rémunération exorbitante et privilèges incompréhensibles, Younited Credit fait la lumière sur un système maintenu volontairement dans l’opacité.

Un salaire faramineux…

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’être sénateur rapporte beaucoup : un sénateur est rémunéré 11 350 euros par mois. C’est déjà beaucoup. Mais en plus, il ne paie l’impôt sur la fortune que sur un salaire de 4140 euros, comme si plus de 7000 euros de son salaire étaient issus de travail au black.

45 sénateurs touchent en plus une prime de fonction allant de 700 à 7 000 euros mensuels net qui échappe également à l’impôt sur le revenu.

Mais en plus, il faut savoir qu’être sénateur, c’est travailler environ 33 journées par trimestre, soit onze journées par mois. Et que les sénateurs échappent à toute sanction financière s’ils se montrent présents à 12 d’entre elles. Donc, pour résumer, si un sénateur est présent 4 journées par mois à son travail, il touche l’intégralité de son salaire de 11 350 euros.

2

Et des sanctions quasi inexistantes

Pour la première fois, des sanctions financières ont été imputées aux sénateurs faisant preuve de trop d’absentéisme (donc ceux présents moins de 4 jours par mois). Mais quand on se penche un peu plus près sur ces sanctions, on se rend compte qu’elles sont au mieux inadaptées, au pire créatrices d’inégalités.

La plus grosse proportion de sénateurs touchés par cette sanction sont des députés d’Outre-mer. Et pour cause. On impose à ceux-ci d’assister physiquement à au moins un tiers des réunions. Ce qui veut dire faire environ 20h d’avion aller-retour pour assister à une réunion d’une demi-journée. Un non-sens.

Par contre, certains sénateurs de métropole ont été également sanctionnés lorsqu’ils n’ont pas assisté à au moins 50 % des séances. Par exemple, Jean-Pierre Masseret (PS-Moselle), Gérard Collomb (sénateur-maire PS de Lyon) et Serge Dassault (sénateur LR de l’Essonne) ont vu leur salaire amputé de 710 euros, soit 6 % de leur salaire.

Si nous allons au travail moins d’un jour sur deux, il est fort peu probable que notre patron nous verse 94% de notre salaire. Et s’il ne nous vire pas en prime, nous pourrons nous estimer chanceux. Liberté, fraternité d’accord. Mais pour l’égalité, on repassera !

Powered by Typeform
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>