article5

Finance, état et suicides en Chine

Finance, état et suicides en Chine

Vu de l’Occident, la Chine n’a pas fini de faire des envieux avec sa croissance à deux chiffres. Et pourtant, de l’intérieur, on est bien plus critique vis-à-vis du système, notamment à propos de l’accès au crédit. Sous le feu des critiques, l’Etat central est accusé de faire du profit à travers ses banques.

En Chine, pas facile d’avoir accès au crédit lorsqu’on est un citoyen lambda ou une PME. Le crédit bancaire y est essentiellement réservé aux entreprises d’état, aux multinationales ou encore aux projets immobiliers. Quant aux petits épargnants, avec une épargne rémunérée bien en deçà de l’inflation, ils n’y trouvent pas non plus leur compte.

Des alternatives aux banques d’état émergent

De nombreuses coopératives de crédit informelles ont émergé afin de financer les exclus du crédit. Les emprunteurs n’ayant d’autre choix que d’y avoir recours se voient proposer des taux très élevés.  Aussi, ces derniers se retrouvent dans l’incapacité de rembourser leur dette et les prêteurs voient leur placement partir en fumée.

Dans ce contexte tendu, Wenzhou, ville pionnière du capitalisme à la chinoise a récemment été le théâtre d’une vague de suicides de patrons de PME ne pouvant faire face à un trop plein de crédits  et pâtissant de la forte baisse des exportations vers le marché européen (crise occidentale oblige).

Du côté des autorités chinoises, si on juge le financement privé utile pour soutenir la croissance, on ne le régule pas proprement: en clair, les prêts privés ne sont pas illégaux mais ils ne sont pas non plus protégés par la loi.

Une réforme jugée cruciale

Ainsi, la nécessité de réguler l’ouverture du marché pour casser ce monopole d’état a fini par surgir.

Wenzhou a donc été choisie par le gouvernement pour tester une réforme financière jugée cruciale par les économistes. Cette réforme, qui pourrait être étendue à l’ensemble du pays, légalise le prêt privé : les prêteurs particuliers pourront désormais fonctionner comme des fonds d’investissements. Les fabricants de chaussures et de lunettes de Wenzhou pourront emprunter en toute transparence et pourront aussi, sous conditions, investir cet argent à l’étranger.

Des vertus du législateur

Le cas de la Chine rend bien compte de l’importance d’opérer dans un cadre légalement bien encadré tout en s’appuyant sur les valeurs de transparence et de simplicité de service. Dans un article paru dans Technode, Roger Ying, le créateur de pandai.cn, une plateforme de crédit entre particuliers chinoise, rappelle les principes vertueux que toute plateforme de crédit p2p devrait suivre:

1)      Offrir un service de financement qui porte une attention particulière au client

2)      Avoir une offre simple et facile à comprendre

3)      Prêter de façon responsable en n’accordant des crédits qu’aux clients qui seront dans la capacité de rembourser

4)      Proposer un système transparent, gage de la confiance des clients

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>