Pirater votre distributeur de billets ? Fastoche !

distributeur-643-4

L’information est effrayante et elle est pourtant vraie. Pirater un distributeur de billet est une action assez facile pour un pirate informatique. Pourquoi ? Younited Credit vous explique tout.

Pourquoi c’est facile ?

2

C’est Kaspersky – un antivirus – qui a mis en lumière une donnée importante : 95 % des distributeurs automatiques de billets utilisaient encore Windows XP en 2015 (et l’utilisent probablement encore). Sur ces machines, il existe 9 000 failles permettant le piratage, failles qui ne peuvent être protégées puisque le support et les mises à jour ne sont plus possibles sur cette version de Windows, trop ancienne.

En pratique c’est assez simple si on a quelques connaissances informatiques : les piratent achètent sur Internet en toute légalité des clés physiques permettant l’ouverture mécanique des machines, et se connectent aux ordinateurs par la connectique USB. Utilisant alors les failles, ils prennent le contrôle du DAB à distance et lui demandent simplement la somme souhaitée.

Alors bien sûr, il faut avoir des connaissances poussées en informatique pour pouvoir exploiter ces dérèglements, mais nombreux sont les pirates à en avoir.

Pourquoi les banques ne réagissent pas ?

1

Les banques ont signé des contrats contraignants avec les distributeurs automatiques de billets. Ces derniers ne sont donc pas vraiment challengés par la concurrence et ne prennent pas les mesures qui s’imposent pour mieux protéger les clients. Cela leur coûterait de l’argent : cela implique en effet d’embaucher ou de former leur personnel qui n’est pas habilité à gérer ces risques de piratage existant pourtant depuis plus de dix ans.

« Carbanak » en est l’exemple parfait. Ce casse, réalisé en 2015, aurait fait perdre près de 10 millions de dollars à différentes banques. Kaspersky affirme également qu’une annonce devrait révéler des opérations frauduleuses de grande envergure en France le 17 mai.

Apparemment, votre sécurité a un prix pour ces entreprises, prix qu’elles ne sont pas prêtes à payer.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>