Arnaque : en épave, Simone !

car

Chaque année, des milliers de voitures sont vendues d’occasion à des particuliers après avoir été remises illégalement sur les routes. Younited Credit vous explique ce système et comment vous en protéger.

De quoi il s’agit ?

L’arnaque est très simple : maquiller des véhicules endommagés sévèrement qui auraient dû être retirés de la circulation et les revendre à des particuliers.
Pour ce faire, plusieurs corps de métiers interviennent :
– L’épaviste : c’est l’homme qui récupère les épaves. Il travaille généralement dans une décharge ou pour une compagnie chargée de débarrasser les véhicules qui ne peuvent être remis en état. Il va identifier certaines épaves et les remettre à ses compères.
– Le garagiste ou le carrossier : c’est un petit peu l’artiste de cette équipe. Il va retaper l’épave pour lui donner un air « comme neuve », en retouchant la carrosserie et tout ce qui est nécessaire.
– L’expert : il va écrire un certificat de complaisance qui permet au véhicule concerné d’être de retour sur le marché, et d’être de nouveau acheté par un particulier.
On pourrait penser qu’il s’agit d’une seconde vie et que c’est tout à fait louable. Mais ces véhicules devaient être retirés du marché parce qu’ils ne remplissaient plus les conditions de sécurité. Imaginez qu’on arrive à maquiller Geneviève de Fontenay de sorte qu’elle ait l’air vivante d’avoir 20 ans. Sous le maquillage, ce sera toujours Geneviève de Fontenay et son âge avancé !

Comment je peux me protéger ?

Plusieurs signes doivent vous alerter quant à la véracité de l’offre :
– Un prix très attractif : si le vendeur brade sa voiture, il doit y avoir une raison.
– Evitez les ventes sauvages : les vendeurs peuvent facilement maquiller leur identité et s’évaporer dans la nature une fois la transaction faite.
– Si la voiture a déjà été vendue dans les six derniers mois, cela peut cacher quelque chose. Demandez des explications quant à ces changements de propriétaires successifs.
– Si le véhicule a été repeint récemment, demandez la facture des travaux.
Si toutes ces précautions ne suffisent pas et qu’un doute persiste, n’hésitez pas à engager un expert. Pour 100 euros, il pourra vérifier dans une base professionnelle d’assurance si la voiture a déjà subi un ou plusieurs sinistres.

Est-ce qu’il y a des recours ?

Si malgré toutes ces précautions, vous vous êtes quand même fait arnaquer, sachez que des recours existent : vous pouvez faire annuler la vente en saisissant le tribunal. Vous avez un délai de deux ans à partir du moment où vous découvrez le vice. Mais attention ! Ce recours n’est valable que dans le cas où vous auriez fait affaire avec un professionnel.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>